Les enfants, plus vulnérables en cas d’incendie

Nous ne sommes pas tous égaux face à un incendie : quand le feu se répand, certains ont les bons réflexes, d’autres pas. Les enfants sont particulièrement vulnérables. Les incendies domestiques sont en effet la 2ème cause de mortalité chez les moins de 5 ans. Heureusement, ce n’est pas une fatalité.

De mauvais réflexes

Si les enfants sont plus vulnérables que les adultes face à un incendie, c’est parce qu’ils n’ont pas les bons réflexes, et ne savent donc pas comment réagir. Il y a la panique bien sûr, qui les fige sur place, mais également les réactions inadéquates. Croyant bien faire, les enfants se cachent sous les lits ou dans les placards. C’est pourquoi les pompiers mettent parfois un certain temps à les retrouver.

Les enfants sont également plus vulnérables de par leur constitution : parce qu’ils respirent plus vite que les adultes, les fumées remplissent plus vite leurs poumons, aggravant le risque d’une intoxication.

Alors que faire en cas d’incendie ?

Pour assurer la sécurité de ses enfants, il faut les responsabiliser dès leur plus jeune âge aux dangers du feu. En leur expliquant bien sûr qu’allumettes, briquets et bougies ne sont pas des jouets, mais aussi en leur apprenant les gestes qui sauvent.

Ces bons réflexes doivent être connus des enfants comme des adultes. En cas d’incendie domestique, il importe avant tout se protéger des fumées toxiques et quitter les lieux. Il faut donc se baisser vers le sol, appliquer un linge mouillé sur la bouche et le nez, et ramper jusqu’à la sortie la plus proche.

Pour s’assurer que les enfants aient bien compris ce qu’ils doivent faire en cas d’incendie, la meilleure chose à faire est de prévoir des exercices d’évacuation réguliers, afin que chacun sache exactement ce qu’il doit faire en cas d’incendie réel.

05/02