Quand un détecteur Kidde sauve une famille du monoxyde de carbone

Plus de peur que de mal pour cette famille de Camargue et son camping car, dont la mésaventure nous rappelle l’importance de s’équiper non seulement contre le feu, mais contre le monoxyde de carbone.

Le monoxyde de carbone, ce tueur invisible…

Tout commence par une froide soirée d’hiver, quand le détecteur de monoxyde de carbone indique une concentration de 50 à 60 ppm, soit 0,005% à 0,006%. Des valeurs apparemment dérisoires, mais en vérité assez élevées pour provoquer maux de tête et étourdissements après une exposition de quelques heures. Très vite, le détecteur de CO s’emballe, affichant jusqu’à 650 ppm. Situation critique : il n’en faut pas davantage pour mettre en danger la vie des personnes exposées. À partir de 800 ppm (0,08%), les symptômes habituels sont les étourdissements, les nausées et les convulsions.

Attention aux mauvaises combustions !

Heureusement, la petite famille a su réagir à temps. Tout en aérant le camping car, le père recherche la source du problème à l’aide du détecteur. On trouve finalement le coupable : le réfrigérateur qui, fonctionnant au gaz quand le véhicule est à l’arrêt, émet du monoxyde de carbone en grande quantité. Le monoxyde de carbone, gaz incolore, inodore et hautement toxique, est en effet le résultat d’une mauvaise combustion. Dans un espace mal aéré, cela peut être mortel.Tout est bien qui finit bien grâce au détecteur de CO Kidde, dont les indications ont été confirmées par les sapeurs pompiers.

La morale de l’histoire : le monoxyde de carbone est un tueur invisible, le détecteur de CO le rend visible - et permet de réagir à temps. Il ne tient qu’à chacun de nous d’éviter le pire !

12/03