Regards croisés : Calyxis sur la prévention incendie en France

Catherine Sztal-Kutas est Directrice Générale de Calyxis, Pôle d’expertise du risque. Pour Attention au Feu, elle a accepté de répondre à quelques questions autour des résultats du sondage Kidde-LH2 sur les Français et la prévention incendie.

Le récent sondage Kidde-LH2 sur l’attitude des Français et la prévention des incendies domestiques fait ressortir certaines contradictions. Si la grande majorité d’entre eux (77%) prennent au sérieux le risque d’incendie domestique, moins de la moitié (47%) se sentent directement concernés. Comment l’expliquez-vous ?

Lorsque l’on rencontre les familles sur le terrain, leur première réaction à l’annonce des chiffres d’incendies en France est l’incrédulité. C’est un risque, certes pris au sérieux, mais dont on sous-estime largement les conséquences. C’est également un risque qui « n’arrive qu’aux autres » ! Les familles se sentent en sécurité dans leur logement et ont des difficultés à évaluer le niveau de sécurité de leur habitat face à l’incendie. On entend par exemple « je n’ai pas de cheminée chez moi, donc pas de risque d’incendie ! ». Les causes d’incendie sont donc largement méconnues.

On sait que les détecteurs de fumée sont le seul moyen réellement efficace d’être averti en cas de départ d’incendie, et pourtant, en France, le taux d’équipement reste faible. Selon vous, quel est le principal obstacle à l’installation des détecteurs de fumée ?

Le manque d’informations sur le risque d’incendie d’habitation : sa fréquence, ses conséquences, mais également sur l’efficacité des détecteurs de fumée. Lorsque l’on prend le temps de donner des informations sur le fonctionnement du détecteur, sa facilité d’installation et d’entretien, et son coût modique, les Français sont convaincus !

65% des Français ont entendu parler de la loi Morange, mais seulement 21% savent à qui incombe l’installation des détecteurs de fumée. Qu’en dites-vous ? 

Là encore, nous sommes face à un déficit d’informations ! En France, les mesures de prévention sont souvent vécues comme des contraintes. Il faut marteler le fait que les détecteurs sauvent des vies pour que les Français s’équipent non plus pour être en conformité avec la loi, mais parce qu’ils sont convaincus de son efficacité.

Il ressort du sondage que 71% des habitants en maison ont entendu parler de la loi Morange, tandis que 45% des habitants en logements collectifs ne sont pas au courant de cette future obligation d'installer un détecteur de fumée. Le fait d'habiter en maison a-t-il un effet "responsabilisant" ?

Les habitants de logements collectifs pensent, à tort, que les détecteurs de fumée s’installent dans les parties communes et que cela n’est donc pas de leur ressort. A nouveau, il faut donc bien réexpliquer que les détecteurs de fumée s’installent dans les logements, maison ou appartement et qu’ils sont à la charge de l’occupant, qu’il soit propriétaire ou locataire.

Que diriez-vous à une personne hésitant à installer un détecteur ?

Il y a beaucoup d’incendies chaque année en France qui font de nombreuses victimes. Les habitants meurent la nuit car ils ne sont pas réveillés par l’incendie et sont intoxiqués par les fumées. Dans les pays où les détecteurs sont obligatoires, le nombre de morts a été divisé par 2. Pour protéger votre famille, installez au moins un détecteur de fumée près de vos chambres. Un détecteur de fumée, c’est facile à installer, c’est moins de 20€ et ça sauve des vies toutes les nuits !

24/05